Le Blason, Véritable Livre D'histoire

Sur le fronton de l'Hôtel de la Collectivité ; Liberté, Egalité, Fraternité... ça c'est pour la République. Pour la Collectivité, des armoiries revendiquent et racontent une partie de l'histoire et des valeurs de Saint Barthélemy... pour qui sait les déchiffrer

Lors des guerres féodales, le blason était surtout très utile pour différencier ses amis de ses ennemis, cachés sous leurs armures et leurs heaumes. Comme pour les familles nobles puis roturières, les communes se sont dotées d'armoiries basées sur les règles de l'héraldique, l'art et la science du blason. Parfaitement codifié dans ses formes, couleurs, motifs, ornements avec un jargon pour le moins singulier, les interprétations sont parfois trompeuses et différent même selon les spécialistes.

Les armoiries de Saint Barthélemy sont composées d'un blason et de plusieurs ornements extérieurs. On trouve dans le blason trois fleurs de lys en référence à l'appartenance à la Couronne française de 1648 à 1785. Les trois couronnes sont pour la période suédoise de l'île de 1785 à 1878. Au centre, la croix de Malte est une référence plus ancienne rappelant la possession par l’Ordre de Malte de 1651 à 1665. Autour du blason, les ornements ont aussi leur signification. Au dessus, en "timbre", la couronne murale, symbolise initialement la victoire sur une forteresse ennemie. Mais sous Napoléon 1er, sa signification aurait été modifiée à l'attention des communes pour signifier la protection offerte et due aux citoyens.

Et comme le hasard fait bien les choses, elle est composée de trois tours comme les trois forts de Gustavia...

Les deux pélicans, animaux emblématiques de Saint Barthélemy, s'associent à la devise placée dans un listel sous l'écu, "OUANALAO", le nom d'origine caraïbe de l’île selon les récits français du 17e. Il signifierai "pélican" pour les uns, ou "iguane dessus" pour les autres.

Dans le jargon héraldique, cela donne quelques chose comme cela ;

"D'azur à fasce de gueules chargé de la croix de Malte d'argent, accompagnée en chef de trois fleurs de lis d'or et en pointe de trois couronnes du même. L'écu timbré de la couronne murale à trois tours d'or, crénelée, ouverte et maçonnée de sable, est supportée par deux pélicans d'argent becqués et pattés d'or, reposant sur un listel d'or aux retroussis de gueules, sur lequel la devise "OUANALAO" est inscrite en lettre de sable."...

Un véritable poème ! Mais pour les profanes que nous sommes, ce blason c'est la piqûre de rappel, et même s'il ne dit pas tout, c'est un témoignage de la mémoire historique et politique collective. Attention, il ne faut pas confondre ces armoiries avec la marque développée par la commune composée d'un logotype et de la signature "Saint-Barthélemy, l'art d'être une île". Son but est bien distinct, elle a pour vocation de promouvoir l'île, d'être un outil de communication touristique.

Aujourd'hui encore, les sportifs, footballeurs en tête, guerriers modernes en charge de défendre l'honneur des villes, arborent l'écusson de leurs club sur la poitrine. D'autres arborent, en bandoulière ou aux pieds, leurs marques préférées... de grands étendards pour se faire reconnaître des siens. Et la boucle est bouclée !

autres sources :

www.blason.net

www.labanquedublason.com

www.armorial.blason-armoiries.org

Fichiers attachés