la boutique Cartier

Au mois de décembre 2005, le Carré d’Or de Gustavia a fêté la réouverture d’une Boutique Cartier dont l’espace a doublé. Si d’une part cela donne au joaillier l’occasion d’offrir à sa clientèle une gamme étendue de produits, d’autre part cela nous donne aussi la possibilité d’apprécier le talent subtil de Bruno Moinard, l’architecte responsable du développement et de la mise en oeuvre de l’identité visuelle de Cartier, fruit d’une collaboration initiée en 2002.

Indubitablement Cartier, discrètement Moinard, naturellement Saint-Barth.

Le travail réalisé en commun a très rapidement abouti au succès pour les deux partenaires, car Cartier a pu lancer la nouvelle conception de ses 220 boutiques à travers le monde selon le design lumineux de Moinard, tandis que l’architecte s’est vu récompensé par le Prix Janus en 2003 et le Prix du Talent de l’Elégance en 2004. Bruno Moinard en a été le premier surpris : "La vitesse à laquelle le nouveau concept Cartier a été mis en oeuvre est extraordinaire. Nous l’avons développé en l’espace de trois semaines .. et trois ans plus tard, 80 boutiques à travers le monde ont déjà été remodelées sur la base de ce concept simple."

Les premières boutiques à être rénovées et embellies furent celles de Tokyo, Kobe et Tainan. Avec le vaisseau amiral du groupe, sis 154 Champs-Elysées, l’architecte a réussi un énoncé emblématique, projetant une culture essentiellement française en réconciliant un vocabulaire traditionnel avec une grammaire moderne : "Je voulais une façade en marbre noir de Portor, une variété rare, aux veines dorées, qui avait déjà servi pour la façade de la boutique originelle de la Rue de la Paix. Les vitrines aux dimensions imposantes sont équipées d’un système de volets qui rappelle les plissés de haute couture, matin et soir ils s’ouvrent et se ferment comme pour donner à voir une scène de théâtre. Le sol en pierre blanche est mis en valeur par une incrustation de bronze qui reprend l’historique motif Cartier qui orne les boîtes à bijoux de la marque, un détail qui rappelle discrètement la légende et ses symboles".

Ce goût du symbolique et du rituel, voir de l’emblématique, est une indication de la source d’inspiration que constitue pour Moinard l’empire des signes de Roland Barthes avec son examen du sacré et de l’éternel. La transcendante limpidité de l’esthétique japonaise l’a influencé autant que les dégradés infinis de ciel et mer sur sa côte natale de Dieppe. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, Bruno Moinard a l’occasion de travailler avec Hubert Cornier et d’autres architectes de renom avant de se voir invité à rejoindre l’agence Ecart International d’Andrée Putnam et Jean-François Bodin en 1979. Dans ce cadre, il participe non seulement au projet du mythique avion supersonique Concorde, mais élabore le design et les chartes graphiques de Thierry Mugler et Karl Lagerfeld en France et d’Yves Saint-Laurent aux USA, ainsi qu’un flux continu d’hôtels, de restaurants, de bureaux, de musées et d’expositions. S’ils sont régulièrement célébrés dans les magazines de voyage et de design, leur liste serait bien trop longue à inclure ici. Sans parler des appartements et maisons pour Lagerfeld, Jean-Paul Goude ou Pierre Boulez. Pendant les dix ans qui précèdent la création de sa propre agence en 1995, Moinard dirige une équipe de quinze personnes chez Ecart, chargé de la recherche et du design, une expérience qui lui permet de peaufiner sa vision personnelle.

Le temps était venu pour lui d’associer son nom à son oeuvre à venir, et il commence par nommer son agence à son image: 4BI. Pour qui le connaît, l’énigme est vite percée: 4 pour le nombre de ses enfants, B pour Bruno et I pour son épouse, Isabelle. 4BI, c’est la touche Moinard, la solidité d’un fondement familial, une base durable qui évoluera au fil des ans. L’agence démarre en trombe avec la réalisation de la Galerie Lahumière au Parc Royal. L’attention qu’elle attire lui vaut une sollicitation du Musée Rodin, qui lui demande de mettre en scène la Collection Thyssen l’année suivante, et celle de la Fondation Cartier, qui lui demande de collaborer sur deux autres expositions. Moinard se souvient : "Cette première commande a été le début d’une longue collaboration avec Cartier en France et de par le monde, qui dure jusqu’aujourd’hui et nous projette dans l’avenir".

La suite, comme on dit, était écrite d’avance. Enthousiasmé par le travail de Moinard, le joaillier lui demande de concevoir la nouvelle montre Santos Dumont ainsi que son lancement au Trocadéro. Les partenaires enchaînent avec le design et les plans des nouveaux espaces de commercialisation de la Collection Nouvelle Vague en Europe, aux USA et en Asie. C’est ainsi que tout naturellement les liens se sont resserrés autour de la décision de reconcevoir l’ensemble des boutiques Cartier à travers le monde. La rapidité étonnante avec laquelle ce projet fut mis en oeuvre, évoquée au début de cet article, est un témoignage de l’extraordinaire esprit dynamique de l’équipe 4BI. Celle-ci ne se compose que de sept personnes, aux parcours aussi divers que complémentaires, ce qui permet une réactivité et une efficacité idéales dans le suivi des projets, peu importe le secteur d’activité.

L’élégance tranquille de la Boutique Cartier sur le port de Gustavia, qui allie les contraires apparents de luxe et simplicité sur deux étages, est une nouvelle preuve du succès d’une relation faite pour durer.

Source : Tropical Magazine n°16, saison 2006-2007

Photos : Alain Charlot

Texte : Vladimir Klein

Fichiers attachés