Château Maris, l’esprit et le vin

Le logo de Château Maris résume à lui tout seul toute la philosophie à l’œuvre dans la création d’un vin qui se veut non seulement produit de la nature, mais produit “d’honnête homme”, comme on disait des esprits de la Renaissance.

Une colombe comme messager de la paix, entourée d’un cercle qui représente les cycles solaires et lunaires et la conscience que nos actions entrent dans le cycle d’énergie cosmique qui agit sur la vie sur terre. De part et d’autre des ailes de la colombe, quatre points pour rappeler les éléments : terre, air, feu et eau, des éléments dont la compréhension nous est nécessaire dans leur interaction, qui souvent défie l’analyse rationnelle. Et puisque le vin est œuvre d’esprit et culture, ces quatre points rappellent aussi les “chemins de la connaissance” chers à Carl Gustav Jung : l’intuition et les sens, la pensée et l’affectivité.

Voilà beaucoup de messages en une seule bouteille, vous direz-vous. Pour l’amateur de vin, cependant, le message le plus attendu et le plus apprécié restera sans conteste la qualité du vin qui lui est proposé. Et là, d’année en année, Château Maris voit ses efforts récompensés non seulement par une renommée croissante de bouche à oreille, mais aussi par la reconnaissance de ses pairs lors de dégustations des meilleurs crus du Languedoc, sans parler de sa certification Ecocert en tant que vin biologique respectueux d’une exigeante charte de qualité.

Le destin de Château Maris, Domaine des Comtes Méditerranéens, sis à La Livinière à une quarantaine de kilomètres de Narbonne, a pris un tournant décisif en 1997, lors du rachat du domaine par Robert Eden d’entre les mains de Monsieur Maris. Le nouveau propriétaire n’ignorait certes pas l’histoire rattachée à un célèbre terroir du Languedoc, la plus ancienne terre productrice de vins en France et ses mille ans d’expérience dans la culture de la vigne, qui lui valait d’ailleurs déjà une belle renommée sous l’appellation Minervois La Liviniere. Mais Robert Eden était bien décidé de faire de ces terres un joyau de la viticulture en y appliquant les principes de la culture biologique, voire biodynamique.

Sa première décision fut de concentrer ses efforts sur les meilleurs 50 hectares du domaine, qui en comptait 85 en tout. 40 hectares furent sélectionnés pour la vigne, les 10 autres étant réservés à d’autres cultures. Sans attendre, on donna une nouvelle impulsion à la culture et l’élaboration des vins en expérimentant de nombreuses techniques afin de vivifier les sols et d’emmener à la vigne les éléments nécessaires pour qu’elle exprime au mieux la quintessence de son terroir. Cette démarche a été fortement accentuée depuis l’année 2003 et l’obtention de la certification Ecocert.

En quoi consiste donc cette révolution tranquille à la recherche de la qualité ? Avant même d’être un ensemble de techniques de culture et d’élevage du vin, on l’aura compris, la viticulture biologique est une philosophie de bien-être qui s’applique à la fois à la nature et à l’homme qui la cultive. Grâce à des pratiques respectueuses de l'environnement et de la biodiversité, la viticulture biologique cherche à valoriser l'expression de son terroir tout en le protégeant. Elle permet de limiter l'érosion et le ruissellement du fait de la présence d'un couvert végétal en hiver et l'absence d'utilisation de produits chimiques de synthèse permet de protéger la ressource en eaux de surfaces et souterraines. Du coup, le viticulteur protège sa santé et celle des consommateurs.

Depuis 1991, les normes de la production en agriculture biologique sont établies par un règlement européen qui précise, entre autres, que les règles de cette agriculture spécifique doivent être mises en œuvre pendant trois campagnes avant de pouvoir mentionner sur l'étiquetage "vin issu de raisins de l'agriculture biologique". De plus, ces vins doivent être certifiés par un organisme agréé qui opère des contrôles réguliers, à tel point que la viticulture bio est aujourd’hui le mode de production agricole le mieux contrôlé entre tous.

Sur un plan pratique, cette méthode, à la fois moderne et inspirée de pratiques ancestrales, valorise les interactions entre la vigne, le sol et le climat. Les engrais et fertilisants variés d'origine organique : composts, fumiers, libèrent les éléments minéraux de manière plus lente, ce qui limite les risques de lessivage des nitrates. Les apports de matière organique au sol contribuent à la stabilité structurale du sol, à la lutte contre l'érosion et le ruissellement, et au meilleur enracinement de la vigne.

Le nombre de vignerons bio en France est passé de quelques dizaines, début des années quatre-vingts, à près de 1400 regroupant 15 000 hectares fin 2002. Parmi les pratiques "bio", la biodynamie est aujourd'hui suivie par 10 à 15 % des viticulteurs biologiques français. Elle se singularise par une prise en considération des influences astrales et du rythme de la nature, et par l'utilisation de préparations végétales de type homéopathique visant à rééquilibrer et à revitaliser le végétal, plus qu'à le soigner en cas de maladie.

C’est dans cette logique que s’inscrit Château Maris. Ici, le maître mot est la qualité, ce qui s’exprime de la façon la plus évidente à travers le rendement par hectare, volontairement limité à 35 hectolitres/ha, un chiffre que l’on ne retrouve que dans les crus haut-de-gamme.

Sur cette base, tout sur le domaine se fait dans le respect des cépages qu’on y cultive: Syrah, Grenache et Carignan. Chaque parcelle est abordée de manière individuelle, sachant que le domaine compte trois types de sol bien distincts. Il y a les terrasses caillouteuses, des marnes gréseuses, mélange d’argile et de calcaire et des calcaires tendres, terres blanches présentant une forte proportion de cailloux calcaires et fossiles marins. Chacun de ces sols possède ses propres caractéristiques d’acidité, de retenue d’eau et bien sûr d’enherbement naturel.

Les enherbements hivernaux sont généralisés (moutarde, phacélie, seigle, vesce, radis fourrager etc.) afin de ne pas laisser les sols nus en hiver et favoriser la vie microbienne. Les floraisons luxuriantes ont lieu au printemps et attirent une myriade d’insectes pollinisateurs ; de nombreuses perdrix et cailles y trouvent nourriture et abri. Le compost biodynamique est fabriqué sur le domaine et la vigne est vitalisée par des applications de tisanes d’ortie, achillée millefeuille, camomille, pissenlits, prêle etc. Depuis 2006, certaines parcelles sont travaillées avec deux chevaux Percherons, amenant ainsi un élément « vie » supplémentaire aux meilleurs terroirs.

Après la récolte manuelle et le tri du raisin à la vigne, la vinification est à l’avenant: réception en douceur dans la cave, vinification longue, en levures indigènes, en cuves de bois, élevage en fûts de 12 à 18 mois.

Ce long et précieux labeur d’amour trouve son aboutissement dans cinq cuvées soigneusement élaborées :

  • Château Maris La Touge AOC Minervois La Livinière, cépage Syrah issue des trois terroirs, d’une finesse et d’une complexité exceptionnelles.
  • Château Maris Vieilles Vignes Syrah AOC Minervois La Livinière, élaboré à partir des ceps de Syrah les plus âgés, cette cuvée affirme son caractère gourmand et chargé de soleil. 100% de la cuvée élevée en fûts.
  • Château Maris Vieilles Vignes Grenache AOC Minervois La Livinière, un vin très méditerranéen, qui doit sa personnalité aux parcelles en taille gobelet traditionnelle, des vignes entourées de garrigues odorantes, des cailloux blanc reflétant le soleil. 100% de la cuvée élevée en fûts.
  • Château Maris AOC Minervois, une sélection rigoureuse des meilleures vignes AOC Minervois pour une cuvée très représentative du travail biodynamique.
  • Maris Syrah Vin de Pays d’Oc, un vin friand, fruité, mais avec le caractère du terroir.
  • Tous ces vins témoignent de la volonté de Robert Eden et ses collaborateurs, dont le directeur du Domaine, Daniel Berthalon, d’étendre leur philosophie à toutes les étapes et tous les aspects de leur vignoble et ses vins, sans oublier l’implication de tous ceux qui y travaillent, persuadés qu’ils sont, que seul un ensemble cohérent et harmonieux peut prétendre à élaborer de Grands Vins en biodynamie.

    Pour vous en persuader, nul besoin de vous rendre à La Lavinière, encore que vous y serez les bienvenus et que c’est un plaisir auquel vous auriez tort de renoncer. Rendez-vous tout simplement à François Plantation, où la philosophie de Robert Eden se distille en élégance et discrétion grâce aux crus de Château Maris qui figurent en bonne place pour couronner un dîner dont l’esprit ne saurait être absent.

    Source : Tropical Magazine n°16, saison 2006-2007

    Photos : Jean-Jacques Rigaud

    Rédaction : Vladimir Klein

    Fichiers attachés