la Suède sous les tropiques

À l’image de son blason qui associe le Pélican caraïbe, fleurs de lys française, couronnes suédoise, croix de Malte et devise amérindienne, l’histoire de Saint-Barth est émaillée d’une longue série conquêtes et de reconquêtes successives qui ont forgé sa personnalité unique.

La Suède sous les tropiques

Louis XVI cède l'île en 1784, en échange d'un droit d'entrepôt à Göteborg, au roi de Suède Gustav III. Grand francophile, celui-ci veut mettre en valeur son acquisition en faisant du Carénage, future Gustavia, un port-franc. Exempté de taxe, il devient une base de ravitaillement pour les navires en route vers les Indes occidentales et un havre pour les pirates. D'environ 600 habitants en 1785, la population de l'île, esclaves et blancs confondus, compte quelque 5500 personnes en 1812. Gustavia, qui se développe à l'écart des populations autochtones française et noire, devient très cosmopolite, ce qui favorise un multilinguisme florissant jusque dans l'enseignement.

Mais vers 1830, avec le retour de la paix entre Français et Anglais, les bateaux se font plus rares dans la rade de Gustavia, qui commence à subir une récession économique. Nombre de colons abandonnent l'île pour les îles Vierges américaines, notamment Saint-Thomas où ils fondent Frenchtown et Northside. En 1852, les ravages causés par les cyclones se doublent d'un grand incendie à Gustavia, dès lors délaissée par ses habitants. Aux dires des voyageurs, la population locale donne vers 1870 une impression de pauvreté, voire de misère.

Face à une récession économique persistante, la Suède envisage la rétrocession à la France : à la suite d'un referendum, le retour à la France est massivement approuvé par la population de l'île, à raison de 351 voix contre une! L'île est donc rétrocédée moyennant 80 000 francs par un traité signé en 1877, effectif au 16 mars 1878. Mais l'administration française est bien lointaine et somme toute théorique, et l'île compte finalement sur elle-même pour assurer une vie économique et administrative…

Fichiers attachés